Bonjour       S'incrire à la news Letter           visiteurs jour : 10     Total clics   :   9091

TROP c'est TROP!
Résistons, soyons dissidents

Chercher 

Coucou et merci Merci            



 




Denis Robert l'homme qui dénonça la fraude fiscale avec Clear Stream

Un livre qui lui valu plus de 30 procès tous gagné. Il réagit à la nouvelle affaire Panama papers qui prouve que les politiques n'avaient rien fait pour arrêter ces fraudes Puissance du lobby bancaire 20 ou 30 banques dans le monde surtout américaines


1) Affaire Clearstream1 Elle a abouti en 2004 à un non-lieu en raison de l'insuffisance des preuves sur le blanchiment, de la non rétroactivité des lois Clearstream


Clearstream2 : dénonciation calomnieuse, usage de faux, listing falsifié (ajout des noms de personnalités politique et économique). Condamnation des deux principaux protagonistes.



Les actions qui devraient faire l'unanimité

On ne peut pas refaire le monde chaque matin et de plus nos avis divergent sur la façon de le refaire. Nous proposons de se limiter à quelques points important et chaque fois qu'un de ces points obtient la quasi unanimité d'entre nous alors il faut nous mobiliser et mobiliser tout le monde pour l'obtenir ou s'en approcher


Première action proposée

Soyons ambitieux dès le début. Réclamons que les pays de la zone euro n'empruntent plus aux marchés financiers à des taux variables mais à la Banque Centrale Européenne à taux 0,1 ou 0,2%.
C'est possible, le Premier Consul Bonaparte l'avait décrété en 1801 et jusqu'en 1973 la France emprunta à taux zero à la Banque de France.
Noter que 1973 avec le premier choc pétrolier c'est le début des emmerdements et des déconfitures économiques. Aucun rapport direz-vous, oui mais c'est la preuve que ça n'a rien arrangé. Si depuis 1973 les emprunts de l'état Français s'étaient fait à taux zéro la dette actuelle en 2016 ne dépasserait pas  les 2000 milliards mais se situerait à moins de 1000 milliards.

L'Europe va refusez direz-vous et bien mobilisons les autres peuples européens à notre cause et en dernier recours menaçons de quitter l'Euro. L'Euro si mal géré et qui fut maintenu si longtemps à un taux de change de 1,6 $ alors qu'il avait été créé à 1,14$ et qu'enfin il y est revenu après avoir dévasté l'Europe du sud.
Rendez-vous pour en parler dans notre dossier Actions



ET le chômage? Il va doubler d'ici 10 ans!
Que font nos dirigeants ? RIEN!

Nous suggérons le travail à mi temps compensé par une partie fixe correspondant au revenu universel. Il faut évidement réfléchir à tous les détails mais c'est une piste qui en vaut bien d'autres. Celle où l'on paie les gens à ne rien faire est nocive pour la société,   l'esprit  d'équipe et même pour la santé.  Con se le dise.


Dies illa, dies  irae -  Ce jour là, jour de colère, 

Mozart l'homme qui parle à Dieu !

Quel protecteur vais-je implorer, quand le juste est à peine sûr ? (Quem patronum rogaturus, cum vix justus sit securus ?) - Soyez en colère, d'une juste colère contre tous ces puissants menteurs, arrivistes, égoïstes, ces inhumains qui pourrissent la vie des gens biens. La colère ne veut pas dire la haine ni l'absence de copmpréhenssion. Beaucoup ne comprennent pas qui les servent et ne savent pas qu'il existe d'autres choix. Il faut les convaincre quand à ceux qui savent et abusent de leur savoir et de leur pouvoir il faut les combattre et les rendre inoffensif


Contre la stupidité, les dieux eux-mêmes luttent en vain.
Friedrich von Schiller


Comme à Ostende
Paroles de Jean-Roger Caussimon Musique de Léo Ferré



On voyait les chevaux d'la mer
Qui fonçaient la tête la première
Et qui fracassaient leur crinière
Devant le casino désert
La barmaid avait dix-huit ans
Et moi qui suis vieux comme l'hiver
Au lieu d'me noyer dans un verre
Je m'suis baladé dans l'printemps
De ses yeux taillés en amande

Ni gris ni verts, ni gris ni verts
Comme à Ostende et comme partout
Quand sur la ville tombe la pluie
Et qu'on s'demande si c'est utile
Et puis surtout si ça vaut l'coup
Si ça vaut l'coup d'vivre sa vie


J'suis parti vers ma destinée
Mais voilà qu'une odeur de bière
De frites et de moules marinières
M'attire dans un estaminet
Là y avait des types qui buvaient
Des rigolos des tout rougeauds
Qui s'esclaffaient, qui parlaient haut
Et la bière on vous la servait
Bien avant qu'on en redemande



Oui ça pleuvait, oui ça pleuvait
Comme à Ostende et comme partout
Quand sur la ville tombe la pluie
Et qu'on s'demande si c'est utile
Et puis surtout si ça vaut l'coup
Si ça vaut l'coup d'vivre sa vie



On est allé, bras d'ssus bras d'ssous
Dans l'quartier où y a des vitrines
Remplies de présences féminines
Qu'on veut s'payer quand on est saoul

Mais voilà que tout au bout d'la rue
Est arrivé un limonaire
Avec un vieil air du tonnerre
A vous faire chialer tant et plus
Si bien que tous les gars d'la bande

Se sont perdus, se sont perdus
Comme à Ostende et comme partout
Quand sur la ville tombe la pluie
Et qu'on s'demande si c'est utile
Et puis surtout si ça vaut l'coup
Si ça vaut l'coup d'vivre sa vie



 

   La comédie politique vous connaissez ? Lisez "Au fil des ans" ou "60 ans de comédie politique" de Jean Paul Job   
publié  aux  éditions  manuscrit.com   Vous  pouvez  également  le  commander  dans  toute  les  "Bonne librairie"

Toute ressemblance avec qui ou quoi que ce soit serait tellement fortuite que ce n'est même pas la peine d'y penser.

Clics 5465
 

Total des visiteurs  :    6119   dont aujourd'hui :   10    En ligne actuellement :  1      Total des clics   9091